Tourisme vert
Publié le 5 Juillet 2016 à 15h14 - 508 aff.

Mayac

Etendue sur sept villages de part et d’autre de l’Isle, la Commune de Mayac mérite une visite. Elle possède de superbes points de vue et de belles maisons anciennes. Outre des grottes, on trouve de nombreuses sources. L’Eglise Saint Saturnin, d’époque romane (XIIème siècle), possède un portail Sud qui constitue l’essentiel des vestiges de cette base romane, car l’édifice a été profondément remanié au XIXème siècle. Un des quatre chapiteaux sculptés figure le martyre de Saint Saturnin.

Elle côtoie le magnifique château Louis XIV, bâti en 1700 sur l’emplacement de vieux repaires du XIIème siècle. Ce fief d’une des plus anciennes familles du Périgord est toujours habité par un de ses descendants. On compte également sur la Commune le château de Sarrazac (XVème siècle), le Mas de Mayac (XIVème siècle) et sa tour mauresque.

Dans chacun des villages on trouve de belles maisons anciennes, et aux Banchereaux, la Chapelle du Bancherel (XIIIème siècle) laisse encore voir son portail d’entrée daté de 1783. Le vin et la truffe constituaient les plus gros revenus du pays jusqu’à la fin du siècle dernier.

Le nom de Mayac vient d’un homme gaulois, Maius. Agréable à vivre, le pays a été habité très tôt; de nombreuses grottes existaient, surplombant l’Isle qui traverse la commune dans toute sa longueur. De tous temps, ses richesses étaient nombreuses: pêche et chasse, truffes et vin, noyers et tabac, foie gras, céréales et fourrages.

La paroisse faisait partie du pays d’Ans, qui jusqu’au règne d’Henri IV était comprise dans la chatellenie d’Ans dépendant de la Vicomté de Limoges. L’église romane Saint Saturnin fut terminée en 1099. A ses côtés existait déjà le chateau ou maison forte, qui appartenait à une des plus anciennes familles du Périgord, les d’Abzac de la Douze. Remanié plusieurs fois, il est en 1700 reconstruit par Henri d’Abzac de la Douze, dans un pur style Louis XIV, puis restauré en 1850, ainsi que nous le connaissons aujourd’hui.

Les d’Abzac étaient une famille très importante venant de la douze et possédant un grand nombre de propriétés ainsi qu’une immense fortune, à tel point qu’en 1445 Gui d’Abzac, qui fut Consul et Maire de Périgueux, décide de partager avec ses fils et donne à Guillaume tous les biens qu’il possède dans la chatellenie d’Ans. Guillaume devient le premier seigneur de Mayac.

Le chateau de Sarrazac, rebâti au XVème siècle vraisemblablement sur l’emplacement d’une ancienne maison forte, appartenait au seigneur Bertrand de Paleyrac, Seigneur de la Roche Jaubert à St Pantaly d’Excideuil, mais en 1511 il le donne en dot à sa fille souveraine de Paleyrac, avec les propriétés de Verneuil, les moulins et la Mas Vieux de Mayac, qui épouse François d’Abzac de Mayac. Souveraine d’Abzac donnera Mayac à son fils Pierre, et Sarrazac à son fils François. Nous sommes en 1550, François débute la lignée des d’Abzac de Sarrazac.

Vendu puis racheté plusieurs fois après la Révolution, il appartient à la même famille depuis 1875. C’est un bijou au milieu d’un oasis de verdure.

Nous trouvons le Grand Mas Vieux, appelé toujours le Mas, dont les fondations sont antérieures au XVème siècle. Remaniée en 1850 par un ambassadeur Hollandais descendant de la famille de Louis Napoléon, cette superbe maison qui appartenait aux d’Abzac de Sarrazac fut de 1750 à 1795 une auberge, “Le Tournebride”. A l’époque le château menait grand train de vie , le Petit Versailles périgourdin déversait son trop plein chez l’aubergiste.

Aux Banchereaux, la chapelle “Notre Dame du Bancherel” du XIIIème siècle est devenue une habitation. Son portail porte encore la date “1763″.

Les publications similaires à cet article

  1. 6 Sept. 2016Salignac Eyvigues dans le Périgord noir987 aff.
  2. 5 Juil. 2016Savignac-les-Églises990 aff.
  3. 5 Juil. 2016Excideuil782 aff.
  4. 5 Juil. 2016Cubjac761 aff.
  5. 5 Juil. 2016Coulaures722 aff.
  6. 5 Juil. 2016Saint-Pantaly-d’Excideuil737 aff.
  7. 5 Juil. 2016Saint-Raphaël598 aff.
  8. 5 Juil. 2016Saint-Trie630 aff.
  9. 5 Juil. 2016Salagnac591 aff.