Tourisme vert
Publié le 5 Juillet 2016 à 15h16 - 526 aff.

Saint-Mesmin

Ce village perché sur un promontoire du plateau du pays de l’Auvézère doit son nom à Saint Maximus, évêque de Trèves au IVe siècle. Il fut transformé au cours du temps en “Maximin”, dans le nord de la France et en “Mesmin”, dans le pays d’OC.

Les paysages de la commune de Saint-Mesmin sont d’une grande variété : versants granitiques abrupts de la vallée de l’Auvézère dans sa partie la plus tumultueuse, crête du Puy des Âges (413 m d’altitude) avec sa chapelle dédiée à Notre-Dame-De-Partout et une table d’orientation. A quelques kilomètres en amont de Génis, entre Saint-Mesmin et Savignac-Lédrier, c’est l’un des points les plus hauts de Dordogne. La chapelle y a été bâtie par un prêtre de Payzac qui lui a donné ce joli nom. Un grand nombre d’ex-voto écrits sur des bouts d’ardoise, de pierre ou de papier, sont disposés à l’intérieur, tout autour de la chapelle. Vous pourrez également y trouver une petite réplique de la grotte de Lourdes dédiée à la Vierge Marie. Forêts aux essences diverses, nombreux étangs, prairies et vergers, sont les témoins des changements survenus ces dernières décennies dans l’agriculture locale. A proximité de l’Auvézère se trouvent les emplacements d’anciennes charbonnières, vestiges d’un passé régional sidérurgique.

La vocation de Saint-Mesmin n’a pas toujours été exclusivement rurale. En 1811, on comptait deux fabriques d’huile de noix, une papeterie, une tuilerie-briqueterie et une forge. Située à Bots et alimentée par un étang, elle fabriqua des boulets de canon pour la République en 1794. Cette forge fut la propriété des Combescots jusqu’en 1851. Plusieurs membres de cette famille ont occupé des fonctions de maire de Saint-Mesmin.

En 1901, la commune était fortement peuplée, avec 1106 habitants. Aujourd’hui, elle est renommée pour la qualité de son élevage bovin, porcin et de volailles grasses, sans oublier les pommes et autres productions fruitières. D’importantes compétitions de kayak y sont organisées.

L’occupation des lieux est ancienne; elle remonte à la période gallo-romaine. Des traces d’une villa ont été repérées à Veaupeytourie, un site qui mériterait des investigations archéologiques plus poussées.

De son passé, Saint-Mesmin a conservé une église du XVème siècle avec clocher-mur à la silhouette massive, dont le pignon triangulaire est percé de deux baies “campanaires” en plein-cintre. À l’intérieur, les visiteurs pourront admirer un magnifique retable classé et une curiosité, une vierge noire, tous deux du XIIème siècle.

Le château de Brussy (XVème/XVIIème siècles) mérite également d’être signalé. Cette demeure fut celle d’une branche de la famille Pasquet qui une fois enrichie par ses investissements dans la sidérurgie (en particulier à Savignac-Lédrier) réussit à se faire admettre par la noblesse locale. Elle a laissé ses armoiries sur le fronton de la façade de style classique.

À deux pas de là, la capricieuse rivière dévale à grand renfort de jets d’eau : c’est le Saut-Ruban.

Avec dynamisme, Saint-Mesmin sait exploiter ses atouts : eaux, forêts et rochers.

Installé dans le très beau cadre d’un ancien presbytère du XVIIème siècle, le Relais Nature accueille tous les passionnés de randonnées et de canoë-kayak. Gîte d’étape classé Gîte de France, capacité d’hébergement: 33 personnes; cuisine aménagée pour collectivité, grande salle rustique avec cheminée, salle de travail, 3 chambres de 3 et 4 lits, 2 dortoirs de 10 et 12 lits. Tel: 05 53 08 23 83 ou 05 53 52 78 02.
Bibliographie: “Excideuil et son pays”, page 169, par Merveilleusement Excideuil - Éditions de la Tuilière.

Les publications similaires à cet article

  1. 6 Sept. 2016Salignac Eyvigues dans le Périgord noir987 aff.
  2. 5 Juil. 2016Savignac-les-Églises990 aff.
  3. 5 Juil. 2016Excideuil782 aff.
  4. 5 Juil. 2016Cubjac761 aff.
  5. 5 Juil. 2016Coulaures722 aff.
  6. 5 Juil. 2016Saint-Pantaly-d’Excideuil737 aff.
  7. 5 Juil. 2016Saint-Raphaël598 aff.
  8. 5 Juil. 2016Saint-Trie630 aff.
  9. 5 Juil. 2016Salagnac591 aff.